Accueil

En grec moderne, le verbe ektimo (εκτιμώ) possède différents sens et peut être traduit en français de multiples façons, parmi lesquelles :

« apprécier, estimer, évaluer, expertiser, informer, instruire, jauger, mesurer, valoriser. »

Par l’éventail de ses significations potentielles, ce verbe a l’avantage d’embrasser l’ensemble des sujets abordés par Ektimo. On remarquera d’emblée que l’information et sa mesure y jouent un rôle central.

Dans la communauté du renseignement, il est d’usage de faire référence au cycle des activités des services pour les usages des informations, décomposé en quatre phases principales : l’orientation, la recherche, l’exploitation (comprenant entre autres analyse et interprétation de l’information), et la diffusion.

Ce découpage est rationnel bien au-delà de l’activité du renseignement. Parmi ces possibles activités, citons la veille stratégique, l’intelligence économique, la communication ou même le journalisme. Pour ces activités, les applications envisageables par tout ou partie de cette chaîne de traitement sont elles aussi multiples : cybersécurité, mesure de la valeur d’une information, évaluation d’une e-réputation, compréhension et suivi de sources d’informations, détection de la désinformation, détermination de réseaux d’influence ou encore analyse de médias sociaux lors de propagation de rumeurs sont autant d’activités trouvant leur pendant dans ce cycle une fois suivi. Enfin, ces applications exigent le recours à une multitude de disciplines : philosophie du langage et de la connaissance, logique, linguistique, sociologie, puis algorithmique, informatique… le tout inscrit dans la vision spécifique à une activité professionnelle donnée.

Ektimo entend à la fois, selon les besoins de ses interlocuteurs en matière de maîtrise de l’information :

- se placer idéalement dans la ou les phases du cycle,

- circonscrire correctement les applications souhaitées,

- réunir les disciplines nécessaires à une résolution optimale des tâches déterminées.

***

Le Livre blanc de la défense et la sécurité nationale mis à jour en avril 2013 désigne très précisément la raison d’être d’Ektimo. Quelques citations rendent compte de ses objectifs, dans le cadre de la fonction stratégique « connaissance et anticipation » mise en place en 2008. À propos du renseignement il y est écrit :

« La démarche prospective de l’État doit pouvoir s’appuyer sur une réflexion stratégique indépendante, pluridisciplinaire, originale, intégrant la recherche universitaire comme celle des instituts spécialisés. [...] Le renforcement des moyens de la recherche ne produira cependant tous ses effets sur la capacité d’anticipation de l’État que si celui-ci s’ouvre davantage à la réflexion indépendante. L’État ne peut que bénéficier d’un recours accru à l’expertise de la recherche académique, mais aussi des organisations non gouvernementales et des entreprises. »

Ektimo mène sa réflexion selon les trois adjectifs mentionnés ci-dessus :

- une réflexion indépendante

Ektimo est amenée à travailler seule ou en partenariat avec des organismes de recherche, des instituts de prospective ou des entreprises. Mais d’une part elle n’est affiliée à nul partenaire exclusif, d’autre part bénéficie d’une autonomie provenant des multiples cordes à son arc et du recul qu’elle s’impose quant aux vanités de l’instant.

- une réflexion pluridisciplinaire

Ce sont certaines barrières absurdes entre disciplines qu’entend rompre Ektimo, ces surdités réciproques qu’elle entend guérir, et tout particulièrement entre les sciences dites dures et les sciences humaines et sociales. La sécurité globale à garantir pour un service de l’État ou d’une entreprise passe irrémédiablement par la maîtrise de l’information, envisagée d’un point de vue technique autant qu’humain. Respectant l’origine étymologique de son nom, Ektimo abolit bel et bien ces frontières par l’appréciation de l’information, sa mesure, sa valorisation, qui nécessitent un large éventail de disciplines et de métiers.

- une réflexion originale

Enfin et avec peut-être quelque immodestie, Ektimo souhaite conserver une vision qui tranche d’avec celles qui nous sont d’habitude présentées. Elle n’entend pas se soumettre à un certain conformisme de l’époque, à des modes éphémères ni à l’esprit du temps. La maîtrise de l’information est certes une nécessité plus appuyée aujourd’hui de par les technologies de l’information et de communication et les usages nouveaux qui y sont liés, mais leur compréhension passe par une approche intemporelle, sans doute autant que pluridisciplinaire.

Pour répondre à ces trois impératifs, Ektimo pratique trois activités :
- le conseil aux services de l’État et des organismes transnationaux, ainsi qu’aux entreprises et aux collectivités,
- la recherche fondamentale et appliquée,
- la formation.